Test : Whisper – Ari, la cavalière intrépide

ari.jpg

Genre : Action/Aventure
Langue : Français
Sortie : 28/04/2019
Développeur : Aesir Interactive GmbH
Editeur : Just For Games
Poids: 5579,47 MB

Site officiel : www

7.5/10 pour la cible visée
6.5/10 pour les grands


Sortir de sa zone de confort, parfois ça a du bon, parfois, c’est franchement risqué et résolument casse gueule. Jouer à un FPS, MMORPG, un jeu de simulation de vie ou à un TPS, c’est pour moi une sacré sainte aventure. Alors m’attaquer à Wishper un jeu, que j’ai encore du mal à qualifier aujourd’hui, je ne vous dis pas la prise de risque extrême.

Déjà c’est une série que je ne connais pas. Un cheval sur la jaquette, ça équivaut pour moi à un titre façon Alexandra Ledermann, une simulation d’équitation, avec la gestion du Haras qui va bien. Mais heureusement non, Wishper est plutôt assez loin de ressembler à ce genre de divertissement… ou plutôt du Entertainment comme disent certains journalistes JV.

Donc, ne connaissant pas Wishper, j’ai du faire des recherches. Google étant mon ami, j’ai découvert que cette série de jeux vidéo étaient tirées de films destinés aux jeunes filles. La saga Allemande en est déjà à son troisième film et c’est donc tout naturellement que la Switch s’est vue embarquer dans ce troisième épisode elle aussi.

Je ne dois pas vous cacher qu’à la base le jeu -enfin plutôt ce test- était destiné à ma fille de bientôt 8 ans. Je voulais la voir prendre en main la Switch et la laisser découvrir le titre, puis me baser sur ces réactions pour ensuite amener une conclusion à ce test.
Manque de chance, elle est plus occupée sur Yoshi… (La puissance Nintendo, que peut-on y faire…).

57336152_2397160400307624_2555038467721527296_n

Si l’épisode précédent vous permettait d’incarner la rousse Mika, ici dans cet opus, l’héroïne se prénomme Ari. C’est une jeune fille « à problèmes », qui ne se laisse pas faire et qui se balade de famille d’accueil en famille d’accueil. Ici notre intrépide cavalière intègre bon grès mal grès le ranch Kaltenbach où elle découvre Whisper un cheval au bord de la déprime. Comme par magie, l’étalon va devenir rapidement ami avec la jeune fille, comme en son temps avec Mika. D’ailleurs, Ari, rêve souvent de Mika et de son tragique accident durant un périple en Andalousie. Comment est-ce possible?

N’imaginez pas Ari ravie d’arriver dans ce ranch. Rapidement, cette fille au sang chaud, va se mettre à dos bon nombre de personnes dans le ranch. Ranch qui passera aux mains de la tyrannique Isabelle. Cette femme d’affaire n’a pour but que de redorer le blason de Kaltenbach. Ces méthodes quelques peu expéditives et malsaines envers les chevaux feront réagir notre héroïne quitte à perde de nombreux amis. Elle ira jusqu’à voler Whisper. C’est d’ailleurs ici que débute réellement le jeu et que vous allez devoir aider cette chère Ari à mettre un terme à l’arrogance d’Isabelle et son équipe.

Saviez-vous que Whisper signifie Murmure en français ? Et bien apprenez que dans les autres versions pourtant proches de chez nous, ce même canasson se nomme Ostwind en Allemand (ce qui signifie Vent Oriental), alors que les anglais on décidé de prénommer la bête Windstorm (qui signifie pour les non anglophone Tempête). Certes cela ne change rien au jeu, d’autant qu’il est entièrement traduit dans notre langue mais on peut se demander si on parle bien du même cheval, le sous entendu du tempérament étant ici totalement absent.

57362590_2397160790307585_884046591848087552_n

Au fil du jeu qui se déroule nous sommes bel et bien en face d’un jeu pour enfant, voir pour petite fille. Loin des classiques séries Allemandes façon Alerte Cobra, avec cascades de voitures en pagailles, Wishper, respire bon les gentils et les méchants, le tout dans de beaux paysages, entourés de chevaux plus doux les uns que les autres, où l’amitié est le facteur prédominant qu’il soit avec des humains ou avec des animaux.

Le jeu est par moment plutôt permissif et cela uniquement dans certaines occasions, notamment lorsque l’histoire nous permet de vagabonder à dos de cheval un peu partout, façon monde ouvert où malheureusement vous risquez fort de ne rencontrer personne le long de votre parcours. L’intrigue et la mise en scène réduites au minimum, donne pourtant le change. On a envie d’aider cette jeune fille au caractère trempé. Mais il y a trop de raison de rester de marbre à certaines occasions. Notamment avec les portraits fixes durant les phases de dialogue, qui rappellent les Visual Novel, ce qui rend la narration peu dynamique. La DA choisi est assez joli et il est finalement agréable de lire les dialogues. Si ce côté est assez séduisant, il n’en est malheureusement de même concernant les graphismes et le gameplay, car tous deux laissent à désirer.

Le moteur graphique est pourtant l’immense Unreal Engine 4, mais clairement il n’est pas utilisé comme il faut. Distance d’affichage limitée, avec forte utilisation de brume, des petits et gros décors qui apparaissent soudainement, un environnement finalement très vide et comble de tout, une modélisation nettement perfectible autant sur les personnages que sur les décors. Enfin, si le jeu reste agréable (quoi que nettement perfectible je viens de vous le dire) sur la télé, en mode nomade, la résolution devient catastrophique et donne le sentiment de jouer sur une PSP.
De plus pas mal de bugs de collisions viennent entacher le plaisir de vagabonder à dos de cheval. Vous pourrez ainsi traverser des rochers, des grumes de bois couchées au sol, ou bien alors rester bloqué devant des obstacles une seconde avant de laisser le saut automatique faire son travail. Frustrant. Enfin, votre zénitude en prendra un coup lorsque votre monture ira vers une direction totalement opposée à celle que vous lui aviez demandé. Étrange.

57504157_2397161546974176_3022430561357529088_n

Heureusement, le scénario complet et varié vient sauver le gameplay peut attractif. Attention néanmoins, même si parfois votre cheval peut avoir des réactions étranges, sachez que cela ne vient en rien nuire à l’expérience proposée.
Vous aurez donc 15 chapitres découpés en plusieurs petites missions. Whisper sera souvent votre seul compagnon. Et c’est sur son dos qu’il vous sera demandé de rejoindre des points sur la carte. Il vous sera aussi demandé de tirer à l’arc. Cette phase de jeu est d’ailleurs assez agréable à jouer, la prise en main étant assez simple, tout comme votre rôle de gardienne de vache. Il faudra aussi s’échapper en galopant à toute vitesse pour ne pas vous faire attraper par vos poursuivants. Une mission bien plus difficile qu’il n’y parait puisque la difficulté est très mal gérée.


Tout ceci maintenant écrit, de façon réfléchi quant à mon expérience, rend il ce jeu agréable pour un adulte curieux, mais aussi pour des enfants de 8/12 ans ?
Pour des grands comme moi, je pense que le titre peut être intéressant malgré ses quelques bugs. Le gameplay ma foi correct ne dénature en rien le plaisir de jouer, même si par moment on finira par rager.
Pour un enfant, le plaisir sera évidemment plus présent. Se promener à dos de cheval de façon presque libre est un plaisir immense, même ici de façon totalement vidéoludique. Le fait aussi que le jeu soit intégralement en français reste aussi un avantage plus que certains et permet de faire mouche sur la cible visée. A contrario la difficulté abusée de certaines missions pourrait en rebuter plus d’un.


Jeu offert par Just For Games pour la réalisation de ce test

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s