Mini Test : Yuri [Switch]

  • YuriGenre : Die & Retry / Plateforme
  • Langue : Français
  • Développeur : Aurélien et Ange Potier
  • Editeur : Fingerlab
  • Date de sortie : 31 Octobre 2019
  • Taile : 355,47 MB
  • PEGI : 3


Voilà un petit jeu original réalisé uniquement par deux personnes, Aurélien et Ange Potier, deux frères qui ont la même passion, rêver.

Après avoir donné vie à ce cosmonaute-explorateur des mondes du souvenir et de l’imaginaire sur papier dans une bande dessinée, les deux frères se sont attaqués au jeu vidéo pour donner (en quelque sorte) vie à ce petit personnage si particulier.


Nous voilà donc avec jeu assez surprenant, mélangeant ambiances oniriques et inspirations Die & Retry. Je dois avouer que les premières minutes mon laissés perplexe. La prise en main de notre cosmonaute est en effet assez étonnante et il faut quelques minutes d’adaptation pour bien maîtriser la physique de notre lit/vaisseau/planche à roulette, mais aussi de celle des objets sur lesquels on est posé. Pas toujours évident de jauger des sauts lorsque les plateformes sont mouvantes, pas toujours évident non plus de sauter au travers du vide.
Chaque erreur nous ramène bon gré mal gré à la plateforme précédente pour que l’on recommence encore et encore, du moins autant que nécessaire.
Le titre n’est pas aussi difficile qu’un Super Meat Boy ou qu’un Miles & Kilo, mais il aura le mérite de vous retenir quelques temps. Et comme tout jeu du genre, il a ce potentiel addictif unique. On galère, mais on y retourne, on doit être sado maso…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Côté bande son, c’est plutôt agréable. Tantôt silencieux, Yuri offre parfois une musique discrète, mais qui colle parfaitement avec l’esprit spatial et onirique. Les deux créateurs ont notamment poussé la chose jusqu’à rendre vivant l’aventure spacio-vidéo ludique en créant « les Concerts Yuri « , qui tournent en France et en Europe : la bande-son de Yuri est exécutée en live pendant que le public joue sur grand écran. Excellente initiative n’est-ce pas ?
Pour la partie graphique, Yuri joue aussi la carte du minimalisme, en visant encore plus simple qu’un Limbo pour ne nommer que lui. Deux, trois couleurs et des décors étranges mais connus de tous suffiront à vous faire rentrer dans cet univers particulier. Qu’on aime ou pas, le style est assez unique et on s’imagine très bien de vivre les aventures de ce cosmonaute dans des aventures sur papier. Côté animations, nous sommes aussi sur quelque chose d’assez rudimentaire, mais l’important est là, c’est efficace, tout en étant plaisant.

Traverse t’il le monde ? Rêve t’il ? Vous le saurez ou pas en arrivant à la fin de l’histoire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Yuri est un bon petit jeu, agréable et qui ravira passionnés d’ambiance onirique et amateurs de Die & Retry. Dommage que les 16 niveaux se terminent sans trop de difficulté car on aurait bien aimer aller jusqu’à 20. De plus cette difficulté un peu basse pourrait rebuter quelque peu les durs à cuire en recherche de parties Hardcore.


Jeu offert par l’éditeur pour la réalisation de ce test.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s