Extra Time : 4 mois de Xbox Series S

Possédant le Gamepass Ultimate depuis sa sortie pour ma Xbox One S, c’est un pas en avant énorme que j’ai pu faire lorsque j’ai pu posséder la Xbox Series S, une console taillée pour le dématérialisé.

Après 4 mois d’utilisation, que penser de cette console au design épuré, d’un blanc immaculé et dépourvu de lecteur de disque ?
Et bien je ne suis pas déçu, même si au début j’ai regretté l’absence du dit lecteur. Cependant, la console possède un point négatif important mais j’y reviendrai plus tard.


Petite, mais puissante, avec son lot de Téraflop (malgré ses 4 Tflop contre 12 pour la SX) taillé pour la next gen et contenant tous les avantages de sa grande sœur (Quick Resume, SSD, Velocity Architecture, ventilateur silencieux…) elle a tout pour plaire surtout avec son petit budget.

Pour le positif, cette console n’a fait que confirmer ce que je pensais d’XBox depuis de nombreuses années maintenant. La société est tournée vers le joueur, le consommateur.
Après allumage, impossible de se perdre puisque nous nous retrouvons avec le même design d’accueil que la Xbox One. Les tuiles sont aux mêmes endroit et sont totalement modifiables / paramétrables. L’arrière plan peut également recevoir des fonds d’écran. Je fais parti de ceux qui apprécient cet accueil, qui s’est grandement amélioré depuis le début de la Xbox One et je le trouve bien plus agréable que celui de la Playstation 4 par exemple.
Pour ce qui est du confort de jeu, rien ne change et tout change. Grâce à la nouvelle touche capture sur la nouvelle manette, plus besoin de faire des choses capillotractées pour prendre une photo de jeu ou bien une vidéo. Tout est plus simple dieu merci. Idem pour la Xbox One puisque la manette est rétrocompatible. Plus agréable encore que le pad précédent, l’ajout de petits grips sur les gachettes est un plus indéniable pour le confort de jeu.

Les jeux se chargent beaucoup plus vite grâce au SSD, ce qui nous fait gagner un temps fou. Forza Horizon 4 prend désormais à peine 40 secondes pour être lancé contre presque 2 minutes sur One S. Un gain fort appréciable, du moins pour le confort. Évidemment ce n’est pas le seul titre à profiter de ce Up technologique, mais c’est du moins le plus flagrant. Ce SSD permet également d’utiliser l’option démarrage rapide de la console. Et puis il y a évidemment le Quick Résume dont je parlais plus haut. Une option que je pensais être totalement gadget mais dont je ne peux plus me passer. Cela permet de garder en mémoire cache (comme sur PC par exemple) des jeux déjà lancés pour y jouer en un claquement de doigt. Le Quick Résume permet notamment de mettre de côté 4-5 jeux assez gourmands ou une dizaine de petits jeux indé. Imaginez que vous jouez à Star Wars Jedi Fallen Order et que votre enfant veuille reprendre une partie de New Super Lucky Tales en rentrant de l’école … Et bien aucun problème, il ou elle pourra reprendre sa partie immédiatement et vous la votre à la suite et cela sur plusieurs jeux.
Mais je ne vous ai pas parlé du silence tout simplement vertigineux de la console ? L’oreille collé à la console on n’entend pas le ventilo travailler mais seulement l’air expiré. Une prouesse technique qui est aussi remarquable et remarquée sur la Series X.

La Xbox Series S n’offre pas de 4K ‘véritable’ contrairement à sa grande sœur, mais propose du 1080p ou bien du 1440p pour les possesseurs d’écran PC. Elle offre également du 120 fps si votre téléviseur en est équipé. Très utile pour les joueurs de FPS et même si mon écran me le permet je préfère rester en 4K et en 60 images par seconde (chose que la One S ne me permet pas).
La console propose également de jouer à des jeux optimisés. Forza Horizon 4, The Call of the Sea, Gears 5 ou bien Haven sont de ceux là. Ils tournent donc en 60 fps constant et sont normalement plus beaux que sur la génération précédente.
Pour le Raytracing annoncé et bien pour le moment il y a très peu de jeu utilisant cette technologie sur la Series S, The Medium notamment ne le fait pas alors que c’est pourtant le cas de la Series X. Et voilà donc où je voulais en venir un peu avec ce qui me déçoit concernant cette console. Microsoft nous avait promis une console tout aussi puissante que la Series S avec certes pas de 4K, mais du RT et dès le premier jeu exclusif à cette génération c’est mis de côté (bien que Ubisoft nous le propose avec Watch Dog Legion -que je n’ai pas testé). J’espère que cela sera corrigé rapidement avec les prochaines sorties sinon je risque d’être vraiment déçu.

On peut aussi parler du disque Dur SSD de seulement 512Go (moins de 400Go en réalité). Cela fait certes petit pour une console destinée à ne recevoir que du dématérialisé, mais de toute manière sur les consoles à lecteurs physiques il faut impérativement installer le jeu donc, cela ne change finalement pas grand-chose à notre affaire de place… 364 Go qui peuvent cependant être augmentés grâce à un DD externe USB 3,0 et qui ne devra contenir que des jeux One ou plus ancien sans quoi ils ne seront pas lancés. Autre solution le SSD Seagate exclusif qui s’installe tout simplement via à un port dédié et qui offre 1To supplémentaire… au tarif de 229€… Le prix de la technologie.

Enfin et comme la génération précédente, la Xbox Series S nous permet de jouer à des jeux des générations précédentes. Vous pourrez retrouver ainsi vos vieux titres Xbox, Xbox 360 et Xbox One s’ils sont disponibles sur le Gamepass ou bien si vous en êtes propriétaire dans leur format digital.

Cette console associée au Gamepass Ultimate devient du fait un bon moyen de passer à la nextgen pour qui ne s’intéresse pas spécialement au format physique. La possibilité de jouer immédiatement ou presque à un large choix de titres et de genres avec plus de 200 jeux est unique surtout lorsque l’on sait que EA est présent mais que Microsoft y partage day one les jeux de ses studios.
Le Gamepass Ultimate offre également le Xbox Live Gold avec ses 4 jeux gratuits à télécharger par mois, mais également le Xcloud qui permet de jouer sur mon smartphone aux Xbox.

Enfin, je finirai en parlant des applications mobiles Gamepass et Xbox qui sont à posséder si vous voulez vous simplifier la vie. La première permet de chercher et télécharger tous les jeux disponibles sur le Gamepass et de l’installer sur la console de votre choix si vous possédez plusieurs Xbox Serie ou One. Elle permet également de découvrir les jeux disponibles sur le Xcloud, mais aussi sur PC. Sur le Cloud, il vous suffira de connecter votre manette Xbox via Bluetooth et de suivre les instructions pour profiter de l’univers Xbox. La seconde application permet de gérer votre bibliothèque sur vos consoles, d’effacer des jeux, en installer également. L’app permet aussi de tchater avec vos amis et de retrouver les captures d’écran ou vidéo.


En conclusion la console tient presque toutes ses promesses. Malgré sa petite capacité de stockage et ses 4TFlop RDNA 2 elle a tout d’une grande. Puissante, mais diablement petite elle devient une véritable console plug and play et se faufile partout. Le Quick Résume qui fonctionne même après l’avoir débranchée permet de la déplacer où l’on veut quand on veut.
Elle fait le travail en 1080p avec la possibilité de passer de 60fps à 120.
Accompagnée du Gamepass l’absence de lecteur se fait totalement oublier.
Ne lui manque aujourd’hui (comme sa grande sœur notamment) que des titres exclusifs histoire de voir ce qu’elle a vraiment dans le ventre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s