J’ai lu : Héroïnes de Jeux Vidéo – Princesses sans détresse par Bounthavy Suvilay

MS Pac Man, Lara, Athena, Aloy, Mai, Peach, elles sont toutes là ou presque, les femmes du Jeu Vidéo, dans ce bel ouvrage signé Bounthavy Suvilay.

Sur internet on trouve souvent ici et là des articles regroupant les 15 ou 20 héroïnes les plus badas du JV ou bien celles qui ont le plus beau postérieur, des classements bien évidemment totalement subjectifs suivant l’auteur du dit article.
Pas de ça ici.

Non, l’auteure, Bounthavy Suvilay qui a œuvré par le passé au sein de IG Mag (le meilleur mag !) en tant que rédactrice en chef nous dévoile sur plus de 200 pages en quelque sorte l’histoire du jeu vidéo, en nous faisant découvrir ses héroïnes les plus charismatiques et importantes.

Des personnages hauts en couleurs, aux caractères bien particuliers qui ne sont pas que des demoiselles à sauver.
Certes la plupart sont aujourd’hui des guerrières intrépides nous proposant des scénarios musclés, mais elles n’ont pas toutes été par le passé des personnages de second plan à sauver par un beau et jeune chevalier.
Si on se souvient toujours de la princesse Zelda ou Princesse Peach à sauver, elles sont pourtant bien nombreuses à être au premier plan face à l’action.

Ce livre est justement là pour dépoussiérer un peu notre mémoire et nous rappeler également que les personnages féminin dans le jeu vidéo sont capables de tout, absolument tout. En parallèle de ce quelles vivent, leur évolution est en adéquation tant avec les avancées technologiques qu’avec l’imaginaire collectif et la société elle-même, en perpétuelle mutation.


Chapitre après chapitre, décennie après décennie, on redécouvre l’histoire du médium et on s’aperçoit que les histoires et les profils de chacune sont divers.
Mais contrairement à ce que l’on peut s’imaginer Bounthavy Suvilay ne s’arrête pas une simple description du jeu, avec son résumé. L’auteure va plus loin et nous présente l’identité des personnages (ou du personnage) du jeu, ses caractéristiques autant physiques (parfois) que mentales et y va de ses propres conclusions : “On peut se demander si elle ne fait pas exprès de se faire kidnapper pour échapper à ses obligations royales » (concernant la Princesse Peach).
On se surprend parfois même à y découvrir de l’identification. “Je n’ai pas besoin d’une console pour voir agir une fille lambda en surpoids, sans noblesse ni fortune. J’ai déjà un miroir pour cela”, écrit l’auteure dans son introduction. Voilà quelque chose dont on n’est pas forcement habitué à lire dans ce genre de bouquin. Une prise de pouvoir intéressante, car les personnages que l’on incarnent dans le jeu vidéo ne sont que rarement identiques à nos formes ou à nos mentalités. C’est aussi ça la force de ce médium : pouvoir se projeter dans le corps d’un autre, qu’il soit féminin ou masculin. Nous avons toutes et tous le droit de devenir une femme rebelle, une combattante sexy aux formes généreuses, une jeune chasseuse de Pokemon ou bien une louve solitaire. L’auteure touche d’ailleurs quelque chose de juste, a-t-on vraiment envie de diriger dans un monde imaginaire quelqu’un de tout à fait lambda, que l’on pourrait croiser dans la rue ? Personnellement si je joue aux jeux vidéo c’est bien pour devenir quelqu’un d’autre.
Bon rassurez-vous le livre n’est pas là pour amorcer un débat, même si Bounthavy Suvilay nous rappelle que “femme sexy peut aussi être une femme forte et indépendante” et n’hésite pas tacler les féministes les plus obtus.


L’auteure liste ici des femmes loin d’être superficielles, parfois fortes et courageuses (Jade – Beyond Good and Evil, Lara Croft – Tom Raider), parfois fragiles (Yorda – Ico), des chanteuses (mais où est Ulala de Space Channel 5?), des robots et IA (Shodan – System Shock) connues ou moins connues, elles ont toutes leur place dans l’histoire du jeu vidéo, qu’elles proviennent de grosses licences ou de développeurs indépendants.

Outre les pages dédiées à des héroïnes en particulier, vous retrouverez ici et là d’autres pages qui synthétisent des évolutions, notamment avec l’arrivée des RPG Japonais ou bien des Indé qui semblent mettre plus en avant des personnages féminins, ce qui permet de développer des thèmes particuliers. D’autres pages sont consacrées au Media Mix au Japon ou bien au phénomène Pokemon qui a su mettre en avant de nombreux personnages féminins tant dans les jeux que dans la série, avec Ondine, Flora ou bien encore Aurore.


Véritable livre vulgarisateur, comme peut l’être le très bon Génération Jeux Vidéo de Régis Monterrin paru chez GM Editions, Héroïnes de Jeux Vidéo retrace donc 40 années de jeux où les personnages féminins ont été sur le devant de la scène.
De MS PacMan à Masako Adashi (Ghost of Tsushima) en passant par Ninja Princess, Faith Connors (Mirror’s Edge) ou bien encore Cortana de Halo -celle qui ne veut pas que notre bien-, toute une liste de noms, d’effigies, d’aventurières, de combattantes.

Alors que les femmes jouent toujours plus au Jeux Vidéo, que ça soit sur PC, consoles ou bien téléphone, il est bon de rappeler que dans ce Medium les femmes sont présentes mais surtout que ce n’est pas quelque chose de nouveaux (tout n’a pas commencé avec Lara Croft). L’introduction du livre signée Yann Leroux est d’ailleurs très intéressante sur le sujet de la représentation de la femme dans le JV avec quelques chiffres et des études, mais c’est pourtant Bounthavy Suvilay qui écrit une phrase juste : « Contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, le jeu vidéo n’a pas besoin de personnages féminins. D’ailleurs Ils n’ont pas besoin de personnages tout court comme l’indiquent Tetris et le démineur, deux exemples de succès planétaire. »



Bel ouvrage à feuilleter ou petite encyclopédie, vous pouvez voir Héroïnes de Jeux Vidéo – Princesses sans détresse comme vous voulez. C’est avant tout un livre qui met en lumière une grande variété de personnages féminins qui ont fait, font et feront l’histoire du jeu vidéo.


Livre offert par Ynnis Editions
Pour vous procurer ce livre : Le site d’Ynnis Editions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s