Avis : Within the Blade

Encore du Pixel ? Encore du Ninja ? Encore une lame tranchante dans la forêt pour se venger ?

C’est à peu près ce que nous propose le titre d’Amelist Studio, mais fort heureusement pas que.
Les titres en 2D qui rendent hommage à Ninja Warriors (Gaiden) ils commencent à se faire nombreux et il faut bien y regarder pour en trouver un qui sort de l’original.




Sincèrement avant de débuter l’aventure en compagnie de Hideaki j’avais des doutes, d’autant que le style visuel nétait pas des plus sexy. Heureusement c’est manette en main que la chose devient intéressante et à plus d’un titre.
Notre histoire se déroule en 1560 au Japon. Le dernier shogunat vient de perdre le contrôle du royaume et comme dans toute guerre qui se respecte, le pays sombre fatalement dans une spirale de violence. Qui dit violence et perte de pouvoir dit fatalement que d’autres personnes avides de domination vont chercher à conquérir le royaume, non pas pour rétablir l’ordre, mais simplement à leur faim. Le chef militaire du clan Steel Claw s’est transformé en un démon après s’être emparé de techniques ancestrales que l’on dit interdites. Voyez le topo, c’est le souk ! Et comme rien n’arrive jamais seul, neufs autres créatures maléfiques se sont alliés à notre démon. 


Notre histoire se déroule en 1560 au Japon. Le dernier shogunat vient de perdre le contrôle du royaume et comme dans toute guerre qui se respecte, le pays sombre fatalement dans une spirale de violence. Qui dit violence et perte de pouvoir dit fatalement que d’autres personnes avides de domination vont chercher à conquérir le royaume, non pas pour rétablir l’ordre, mais simplement à leur faim. Le chef militaire du clan Steel Claw s’est transformé en un démon après s’être emparé de techniques ancestrales que l’on dit interdites. Voyez le topo, c’est le souk ! Et comme rien n’arrive jamais seul, neufs autres créatures maléfiques se sont alliés à notre démon. 

Une histoire classique donc, où un seul clan et un seul homme peut désormais sauver le Japon du mal qui le ronge. Il s’appelle Hideaki et va partir terrasser la bête destructrice.


Derrière ce jeu pas vraiment joli se cache pourtant de belles choses.
Tout d’abord sachez que le village est la place centrale du jeu où vous vous retrouverez fréquemment pour booster vos compétences (via un arbre assez complet), améliorer vos armes (avec la possibilité d’en créer également), en acheter auprès d’un marchand, mais également pour accéder à vos missions. Des missions aux objectifs multiples qui éloignent définitivement Within the Blade de Ninja Gaiden et consorts. En effet notre héros va devoir mener l’enquête et affaiblir ses ennemis lors de missions variées, parce que trancher c’est bien, mais autant le faire de façon propre et intelligente. Du genre il sera possible de vous cacher pour s’approcher discrètement des samouraïs, des archers ou des ninjas pour les éviscérer tranquillement. Vous devrez aussi sur le chemin détruire des entrepôts, ou bien sauver des survivants faits prisonniers.

Pour faire ça bien, les développeurs nous offrent une belle palette de coups et de déplacements. La première chose que l’on use est évidemment la possibilité de se cacher dans les herbes. Vous aurez aussi la possibilité d’utiliser un grappin pour tomber sur le crane de votre adversaire et ainsi lui trancher la tête. Oui c’est un peu gore, mais l’esprit Pixel Art rend la chose plus douce (à peine). Vous pourrez aussi parer les attaques, faire des doubles sauts, glisser, pousser ses adversaires vers des piques, j’en passe et des meilleures. Bref un large choix pour se mouvoir dans des niveaux peu variés et qui à défaut d’être très décorés peuvent être par moment détruits (on peut couper les bambou, mettre le feu à l’herbe -attention de ne pas se bruler-…), de quoi laisser à notre Ninja de nombreux moyens de se venger.

Le titre propose d’incarner Hideaki dans un environnement 2D plutôt moyen mais heureusement Within the Blade se rattrape avec de belles animations. Le tout est fluide et dynamique. De simples détails certes mais qui font plaisir : de la poussière qui se soulève lors de grands mouvements, les impacts des coups ou des parades…
On peut regretter des niveaux qui se ressemblent dans leurs structures. Peu de différence entre la forteresse et la forêt par exemple. Parfois linéaire certains niveaux sont un peu plus labyrinthiques mais rien de bien difficile.

On s’apercevra rapidement que le bestiaire manque quelque peu de variété et que seuls les boss sortent véritablement du lot.
A disposition dans votre aventure de nombreuses armes achetées ou fabriquées par vos soins : grenades quelles soient incendiaires, explosives ou bien furtives, shuriken et bien entendu des potions ou des poisons.
Toutes ces armes et tous ces objets nous permettent de terminer missions et objectifs de différentes manières. Et c’est clairement là la force du titre. Autre coup de cœur l’ambiance particulière. Nous sommes ici sur quelque chose de plus malsain que leurs autres titres de Ninja en 2D. Il faut dire que le titre ne fait pas dans la dentelle, mais le tout est quand même sombre. Et puis il y a aussi cette IA qui n’est pas sans rappeler Metal Gear Solid, vous savez avec ces ennemis qui ont leur point d’exclamation sur la tête. … Peut-être voyez-vous mieux l’intérêt de se mouvoir discrètement maintenant ?



Vous avez 25 niveaux à traverser pour sauver le pays, l’honneur de votre clan et mettre fin par la même occasion à ce démon démoniaque !
Plusieurs heures de jeux au programme qui peuvent être prolongées grâce au mode Challenge.
Un bon petit jeu pour s’occuper entre deux gros titres.


Genre : Action, Plateforme, Infiltration 
Langue : Français
Développé par : Ametist studio
Edité par : Ratalaika Games
Taille : MB
Sortie : 16 Juillet 2021
PEGI : +18
Plateforme : Switch, Steam, Playstation 4, XBox


Jeu testé sur XBox Series S
Jeu offert par l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s