J’ai lu : Les célibataires de Bow Street : Les mariés du secret de Kate Bateman

Résumé :

Pour échapper à un mariage forcé, Georgiana croyait avoir trouvé la parade idéale : épouser un condamné à mort déniché à la prison de Newgate. Sitôt mariée, sitôt veuve… Enfin, elle sera libre ! Quelle n’est pas sa stupeur quand, lors d’un bal, elle se retrouve nez à nez avec son mari ! Le soi-disant bagnard était en réalité un agent gouvernemental en mission secrète. Désormais, ils sont légalement unis. Or, le fringant Benedict déborde de charme et n’est pas du genre à se laisser ignorer…

Avis :

J’ai reçu ce livre en cadeau pour mon anniversaire en juin avec la recommandation de lire les deux premiers tomes avant septembre car le tome 3 doit sortir. Challenge ? Bien entendu, je le relève. J’ai donc lu, avalé, dévoré (rayer les émotions inutiles) le premier volet et je ne suis pas déçue de ma lecture.

Déjà elle se passe en Angleterre en l’année 1816, donc on imagine aisément les jolies robes et dentelles que portaient les genres dames, et la mentalité à cette époque qui n’a plus rien à voir avec le siècle dans lequel nous évoluons que ce soit en matière de place de la femme ou du choix d’un époux. Bref, une romance historique comme je les aiment !

La romance est couplée à un complot qui vise à faire sortir Napoléon Bonaparte de son exil à Ste Hélène. Résumé très réducteur je vous l’accorde, c’est pourquoi je vais développer un peu tout ça ! Georgina, vieille fille de son état et héritière de son père dans le transport maritime est courtisée pour son argent par des hommes qui ont, la plupart du temps, tout perdu où se trouvant dans une situation financière compliquée. Mais la belle demoiselle n’est pas dupe, c’est une femme moderne en son temps. Elle préfère refouler tous les prétendants au grand dam de sa mère, qui ne pense désormais plus qu’à caser sa jeune soeur Juliet avec un homme de préférence fortuné et ayant un titre. Mais le cousin Josiah, joueur invétéré, qui n’a plus un rond dans les poches souhaite, plus qu’ardemment épouser la belle Géorgie. C’est là que le plan se met en marche… Elle doit épouser un prisonnier qui va être mis à mort, ce qui éloignera le cousin mal intentionné.

Hélas, sinon ça ne serait pas drôle, pas de prisonnier prêt à être mis à mort. Georgie va donc se rabattre sur un prisonnier qui doit partir loin, très loin… Un contrat est signé couvrant sa fortune, et elle se pense débarrassée… J’ai oublié de préciser que le prisonnier ne va pas la laisser indifférente et vice versa !

Bénédict est suivi par son passé sulfureux, mais ce n’est pas ce qui va arrêter Georgina ! Il va falloir sauver les apparences, tout en gérant un amour naissant. De fil en aiguille, Georgina va se retrouver à aider Bénédict à tenter de stopper un complot visant à faire sortir Napoléon de son exil, et ses compétences maritimes vont grandement être utiles…

Vous l’avez compris, Georgina est une femme de caractère attachante, n’ayant aucune aptitude à l’amour et au sexe. C’est une femme travailleuse (en avance sur son temps), indépendante, qui ne veut pas épouser un homme qui ne s’intéresserait qu’à son argent. Mais le cousin Josiah, rode, et il va falloir se sortir de ses griffes car il est sans scrupules et prêt à violer Georgina par jalousie. Bénédict, même si sa réputation n’est pas des meilleures, est un homme charmant, élégant et bienveillant, et admiratif. C’est avec délicatesse et volupté qu’il va lui apprendre les joies de l’amour ! Il travaille pour Bow Street et il doit stopper le complot qui se trame pour Napoléon, blablabla, on en a parlé plus haut. Revenons un peu sur la partie « chaude » de l’histoire. Elle ne prend pas beaucoup de places ce qui va laisser les adeptes du genre un peu sur leur fin. On survole les passages à l’acte qui ne seront qu’au nombre de 2. Un peu léger vous me direz, mais la part bref est laissée aux sentiments des protagonistes.

Petit point qui aurait mérité plus d’attention, ce sont les personnages secondaires ne sont pas assez exploités (à mon goût il va de soi). On découvre Juliet, jeune soeur de Georgie et sa passion pour Siméon, poète sans le sous. Même si leur romance est développée, ils auraient mérité plus de place. La maman, qui telle une mère des romans de Jane Austen, ne pense qu’à ses chapeaux et au mariage de ses filles ne souhaite pas ce mariage… Et puis il y a les copains de Bénédict, qui je l’espère seront dévoilés dans les tomes suivants (un peu comme Bridgerton, un livre, un personnage !).

J’ai apprécié la relation non-toxique entre Georgina et Bénédict. En général on a droit à des je t’aime, je t’aime plus, je te veux, je te veux, oui, non, oui, non, je sais pas. Ici ils se veulent, point… Et pas de pimpêche en vue, ni d’homme se sentant maître de la femme, vous voyez ce que je veux dire ?

De la sensibilité, de la passion, du suspense, de l’amour… Ce tome 1 de « Les célibataires de Bow Street : Les mariés du secret » de Kate Bateman est très sympa, il se lit bien et offre un excellent moment de détente pas prise de tête. Je vais vite attaquer le tome 2…

2 réflexions sur “J’ai lu : Les célibataires de Bow Street : Les mariés du secret de Kate Bateman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s